15 avril 2012

Berenice Abbott au Jeu de Paume

Entre portraits, photographies d'architecture et images scientifiques, Berenice Abbott (1898-1991) nous offre un témoignage de son époque en noir et blanc.

berenice_abbott Vue de nuit, New York - 1932


Tous les tirages que l'on peut voir au long de cette rétrospective sont d'époque et signés. Au début, on découvre plusieurs portraits de personnalités. Notamment, Eugène Atget, le père de la photographie documentaire que Berenice Abbott révéla au public. On voit un portrait de Berenice Abbott fait par Man Ray dont elle fut l'assistante lorsqu'elle arrive à Paris en 1921. Elle fit aussi sont autoportrait avec la même technique de distordions qu'utilisa André Kertész. Durant son séjour à Paris, elle gagne très bien sa vie grâce à ces commandes de portraits. Cependant, son retour à New-York en 1929 est un choc.
La ville est en mouvement et ne cesse de changer. Au même moment, elle subit la crise. Personne de souhaite faire de portrait. Elle se lance donc dans une projet gigantesque, celui de photographier la ville en mouvement. Grâce à des techniques difficiles (temps de pause très long, contre-plongée...), elle arrive à montrer l'immensité de New-York. Elle créé des scrapbook avec beaucoup de détails. Elle photographie aussi la construction du Rockfeller Center. La ville envahi l'espace et est éphémère. Lors du New Deal, en 1935, elle obtient une bourse de la part du Federal Art Progress. Elle est alors épaulée d'une dizaine de personnes qui documentent toutes ses prises de vue. Cela fait l'objet d'une exposition "Changing New-York" puis d'un livre du même nom. Berenice Abbott montre les changements de la ville en saisissant les contrastes entre l'ancien et le nouveau. La même année, elle parcourent la Route 1 et représente ce qu'elle appelle la  "scène américaine".
En 1958, elle collabore avec le MIT qui lui demande de faire des photos pour illustrer un ouvrage scientifique afin de relancer le secteur aux États-Unis qui est alors sous le choc du lancement du Spoutnik par l'Union Soviétique.


AiWeiweiEn même temps que l'exposition de Berenice Abbott, le Jeu de Paume propose de découvrir l'artiste Ai Weiwei. Cet artiste majeur de la scène artistique indépendante chinoise aborde la question des conditions sociales en Chine et dans d'autres pays. La visite commentée donne beaucoup de clés pour mieux comprendre cette exposition. En particulier, à quel point les gouvernements de ce type peuvent être pervers.


Juin 1994 - 1994

Jusqu'au 29 avril au Jeu de paume


Commentaires

Poster un commentaire